Technologie et avantages

La technologie du CO2 supercritique est connue depuis la seconde moitié du 20ème siècle pour l’extraction de substances naturelles. Dense Fluid Degreasing met cette technologie au service des industriels et ouvre son champ d’application au nettoyage et à la décontamination.

Une technologie écologique, sûre et puissante au service du nettoyage indusrtiel

Les principes scientifiques

Après chauffage et mise en pression du dioxyde de carbone (au-delà 31°C et de 73 bars), il atteint le domaine supercritique :

Un état intermédiaire, presqu’aussi dense qu’un liquide et dont les propriétés de transport (viscosité, diffusion) sont proches de celles d’un gaz. Il peut ainsi être utilisé comme un solvant apolaire. C’est à ce solvant que sont exposées les pièces à traiter pour permettre leur nettoyage et leur décontamination.

Schéma technologie co2 supercritique

Technologie brevetée

Développée à l’origine par le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) pour la décontamination nucléaire, cette technologie d’avenir fait l’objet de 8 brevets dont 1 exploité sous licence exclusive par Dense Fluid Degreasing, qui a elle-même déposé 4 brevets en propre sur le fonctionnement de ses machines.

La mise au point du procédé Dense Fluid Degreasing a bénéficié des moyens d’essais du laboratoire LPSD – Laboratoire de Procédé Supercritique et Décontamination – au CEA Marcoule et a fait l’objet d’un co-développement avec le CETIM de Saint-Étienne.

Logo du cetim partner de dfd
Logo du CEA

Un solvant vert, alternative non polluante aux procédés chlorés, pétroliers ou lessiviels

100% SÛR

Non-toxique
Non inflammable
Inerte chimiquement, non corrosif

100% SAIN

Inodore, incolore
Sans rejet de composés organiques volatiles (COV)
Pas d’autorisation ou déclaration nécessaire pour les Installations Classées Pour l’Environnement (ICPE)
Non classé ATEX (ATmospheres EXplosives)
Il ne présente aucun risque de co-distillation
Sans danger pour la santé, ce solvant vert est conforme à REACH et aux recommandations des CARSAT – Caisse d’Assurance Retraite et de la Santé au Travail et des DREAL – Directions Régionales de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement

100% SEC

N’utilise pas d’eau, donc sans séchage.
Stable : pas de traitement du solvant, pas de régénération de bains, pas de déchets, absence de vidange.
Il présente les caractéristiques combinées de faible viscosité et forte diffusivité d’un gaz et de haute densité d’un liquide.

Purification du fluide de nettoyage par séparation gravitaire après retour à l’état gazeux du solvant.  
Il peut aussi être ajustable par les variables de pression et température, en fonction des pièces et des polluants

Compatible avec tous les métaux et la plupart des polymères.
Particulièrement adapté toutes géométries de pièces complexes, incluant des pièces avec trous borgnes, tubulures internes, pièces assemblées, tubes de très faibles diamètres internes, etc.

En savoir plus

D'où vient le CO2 utilisé par les machines DFD ?

Sous-produit de l’industrie chimique, pétrochimique ou issu de la biomasse le CO2 comme tous les gaz industriels est récupéré puis raffiné/liquéfié par les sociétés gazières notamment Air Liquide.

Quel type de CO2 est utilisé dans les machines DFD ?

Dense Fluid Degreasing utilise un CO2 de grade « alimentaire » présent par exemple dans les sodas, la bière et les eaux gazeuses. D’autres grades de CO2 sont disponibles notamment le CO2 de grade pharmaceutique.

Quels sont les autres usages du CO2 supercritique ?

  Dans l’industrie alimentaire, pour produire du café décaféiné, des bouchons en liège sans goût de bouchon ou de l’huile de sésame
  
Dans l’industrie médicale, pour imprégner des implants oculaires par des anti-infectieux ou anti-inflammatoires
  En parfumerie, pour extraire des essences concentrées de haute pureté comme par exemple l’extraction d’essence de vanille ou de gingembre, de lavandes …

Pour en savoir plus rendez-vous sur le site portail de l’Innovation Fluides Supercritiques.

Le CO2 supercritique est-il un nouveau solvant ?

Non, il est utilisé depuis plusieurs années dans de nombreux processus industriels d’extraction, comme la décaféination du café, le traitement du liège pour supprimer le goût de bouchon, la production d’huile de sésame mais aussi dans les milieux médicaux, pour l’imprégnation d’implants ou la stérilisation d’instruments.